Méthodologie

Êtes-vous fait pour le métier de développeur ?

Êtes-vous fait pour le métier de développeur ?

Si la programmation t’attire et que tu te renseignes un peu plus sur le sujet pour notamment en faire ton métier et en vivre, alors tu es au bon endroit.

Cette question de savoir si on est fait pour le métier de développeur vous devez vous la poser au plus vite et surtout vérifier rapidement que vous l’êtes.

Ce serait bête de commencer à apprendre ce métier si au final au bout de quelques mois vous abandonnez parce que finalement ce n’est pas fait pour vous.

Car en plus de vous décevoir et de vous faire perdre confiance en vos capacités, vous aurez surtout perdu la chose la plus précieuse pour vous : votre temps !

Ce n’est pas un article technique, mais un retour d’expérience qui, j’espère, pourra vous inspirer et surtout vous ouvrir les yeux sur le métier de développeur.

Laissez-moi vous raconter une histoire…

Je vais donc répondre à cette question en vous raconter une histoire, mais une vraie histoire ici de mon entourage et surtout très récente.

C’est celle de mon petit cousin de 15 ans.

Tout a commencé pendant le confinement du COVID-19. Il avait comme idée de faire comme métier cuisinier pour suivre les traces de son grand-frère.

Puis sa mère voyant qu’il était assez à l’aise sur un ordinateur et qu’il arrivait de les dépanner assez souvent, elle lui a mis dans l’idée qu’il pourrait faire un métier sur ordinateur, devenir un informaticien quoi.

Et c’est là que j’interviens ! Comme il savait que mon métier était sur un ordinateur et que je faisais des choses hallucinantes pour eux, il s’est dit que j’étais la personne idéale à qui en parler.

Il m’a alors contacté pour me poser des questions sur le métier d’informaticien et j’ai été ravi de lui répondre.

Il pensait qu’au vu des dépannages sur ordinateur que j’avais pu faire pour eux, il pensait que j’étais un dépanneur informatique. Et je lui ai naturellement expliqué que derrière le mot informaticien il y avait beaucoup de métier qui en découlait.

Mais que j’en connaissais très bien 2 d’entre eux qui sont le métier d’Administrateur Réseau et Système et le métier programmeur.

Je lui ai donc expliqué le métier d’Administrateur Réseau et Système puis celui de programmeur. Je lui ai raconté en quoi consistaient mon métier, ce que je fais dans mes journées, les avantages et les inconvénients, etc.

Puis naturellement il a commencé à me poser des questions plus ou moins anodines comme certaines comme : combien tu gagnes ? Est-ce que tu travailles le week-end ? Est-ce que c’est dur ?

J’ai donc pris le temps de répondre à ses questions en étant le plus objectif possible afin qu’il puisse mieux se faire une idée de la réalité du métier.

J’ai donc également insisté sur les qualités qu’un développeur devait avoir et sur les difficultés que l’on pouvait rencontrer en programmation dans certaines sessions de code.

Que si il ne savait pas être organisé, patient et stratégique (surtout pour la résolution de bug) cela pouvait le pénaliser voire même de le faire abandonner tout simplement.

Même avec mes avertissements, il avait l’air toujours motivé pour se renseigner et faire éventuellement un stage découvert sur ce métier. Ce qu’il m’a proposé.

Et là, j’ai eu l’idée et le défi de lui montrer les aspects de mon métier en quelques heures au travers d’un petit projet à faire en programmation.

Je lui ai donc proposé de faire cela après la levée des mesures de confinement.

Faire découvrir le métier de développeur au travers d’un projet Arduino

Le moment où on s’est vu après le déconfinement est arrivé il y a 2 semaines au moment où j’ai écrit ses lignes.

Il fallait que je trouve quelque chose qui ne soit pas trop compliqué, mais suffisamment pour montrer un peu tous les aspects du métier sans l’écœurer et en rendant le projet assez fun pour le captiver et qu’il puisse le reproduire chez lui.

J’ai donc pensé à un projet sur Arduino parce que le langage Arduino reprend quelques bonnes pratiques en programmation, reste assez simple à comprendre et c’est très ludique à utiliser.

Êtes-vous fait pour le métier de développeur ? 1

En plus, le fait de programmer ces cartes permet d’avoir une interaction plus grande avec la programmation. Vous programmez la carte et vous avez directement le résultat sous vos yeux et dans le monde réel.

C’est donc plus interactif et plus ludique comme concept !

Et j’ai donc choisi comme projet de reproduire certaines touches d’une télécommande de télé ce qui nous permettra de faire une blague à ses parents en changeant les chaînes, en allumant/éteignant la télé ou en coupant le son par exemple.

L’idée lui a plu et surtout ça l’a motivé dans la réalisation de ce prototype de télécommande.

Étape 1 : Apprendre et comprendre comment utiliser une carte Arduino

J’ai commencé à lui expliquer ce que c’est une carte Arduino et à quoi cela pouvait servir.

Je lui donc dis qu’il fallait la manipuler avec prudence, car comme toute carte électronique, une simple interférence peut faire cramer la carte.

Je lui ai expliqué que programmer une carte Arduino seul n’aurait pas vraiment de sens.

On peut y connecter tout un tas de composants pour réaliser des choses. Je lui ai montré tout un tas de composants en lui expliquant et en lui demandant son avis sur leur utilisation afin de le faire participer.

Je lui ai ensuite montré les 2 capteurs que nous utiliserons pour le projet : un émetteur et un récepteur infrarouge.

Êtes-vous fait pour le métier de développeur ? 2

Je lui ai aussi montré sur Internet que l’on peut réaliser énormément de choses avec ces cartes Arduino.

Seule notre créativité sera notre limite avec Arduino !

Bref, je lui ai expliqué tout un tas de bases et de concept sur la carte.

Étape 2 : Réflexion sur le projet de la télécommande

Une fois, les explications sur la carte Arduino et les composants que l’on allait utilisé, j’ai commencé à mettre en oeuvre l’objectif que l’on sait fixer à savoir reproduire certaines touches d’une télécommande.

Je lui ai donc demandé de réfléchir sur ce qu’on devait faire pour atteindre notre objectif.

Le but étant de reproduire des touches de la télécommande. Je lui ai donc dit qu’il fallait au préalable se renseigner sur le fonctionnement d’une télécommande infrarouge.

La télécommande émet un code en fonction de la touche sur laquelle on appuie que la télévision connaisse.

Avec cette information, je lui ai donc demandé de réfléchir aux étapes à effectuer.

En le laissant mijoter et en l’aidant un petit peu, il s’est dégagé 3 étapes :

  • Réaliser un petit programme pour pouvoir afficher les codes de la télécommande en utilisant le récepteur (pour agir comme la télévision)
  • Recopier sur un bloc-note les codes récupérés
  • Réaliser un nouveau programme pour pouvoir envoyer les codes via l’émetteur

Étape 3 : Déchiffrons la télécommande

Nous avons donc branché le récepteur sur l’Arduino et je lui ai montré comment coder notre carte avec le récepteur pour pouvoir lire des codes. Je lui ai dit que sur l’IDE d’Arduino il y avait des codes d’exemples pour montrer ce qu’on peut faire avec les composants.

J’en ai également profité pour lui expliquer la structure de code à respecter sur l’Arduino et ce que faisait le code d’exemple.

On a juste adapté le code d’exemple par rapport à notre branchement et on a lancé le programme sur la carte.

Je lui ai expliqué qu’on utilisait le code d’exemple par facilité et rapidité puisque ce code ne nous servira pas en définitive.

Puis nous avons pris notre télécommande et nous avons appuyé sur les touches qui nous intéressaient (marche/arrêt).

Et là il a vu s’afficher à l’écran avec émerveillement des codes, ceux émis par la télécommande.

Nous avons alors fait le test avec plusieurs touches puis nous nous sommes concentrés sur la touche permettant d’allumer/éteindre la télévision.

Étape 4 : Créons notre télécommande

Nous avons recopié les 2 codes permettant d’allumer/éteindre la télévision. J’ai ensuite demandé à mon cousin ce qu’il fallait ensuite. Quelle était la prochaine étape ?

Naturellement, il m’a ensuite dit qu’il fallait pouvoir utiliser les codes capturés sur la télévision. Correct !

Je lui ai donc proposé d’adapter notre montage pour permuter le récepteur avec l’émetteur.

Une fois faits, nous sommes donc passés au code. Nous avons regardé un code d’exemple pour l’émission infrarouge afin de comprendre comment fonctionne la librairie et nous inspirer.

1er problème : il nous manque une information

Il y a un point que nous avons découvert dans l’exemple de code. Il existe plusieurs types d’envois de codes. Il y a par exemple le type NEC ou le type SONY par exemple.

Et on ne le savait pas ! Nous avons dû faire machine arrière en remettant le récepteur puis reprendre le code d’exemple du récepteur en l’adaptant afin de pouvoir connaître le type de code.

Et nous avons appuyé sur les touches qui nous intéressé pour les codes s’afficher avec le type. Nous avons découvert que c’était du type NEC.

Définissons notre cheminement

Nous sommes parties sur quelque chose de simple : on va s’amuser à éteindre et allumer la télévision toutes les 20 secondes.

Je lui ai donc demandé de réfléchir aux différentes instructions à produire en termes de code pour arriver au résultat voulu.

Après une bonne réflexion de son côté et un bon coup de main de ma part, nous avons réussi à produire le code que nous voulions.

2ème problème : erreur lors de la compilation

Nous avons été confrontés à un problème lors de la compilation. En effet, la syntaxe de nos codes de télécommande n’est pas valable pour le type NEC.

J’ai donc montré à mon cousin que ce genre de souci pouvait arriver assez souvent et que dans ce cas, nous devions nous renseigner un peu plus sur le sujet sur la toile et rechercher une solution à notre problème.

Nous avons donc passé 15-20 min à essayer de trouver une solution. Le fait de ne pas trouver tout de suite a provoqué chez lui une impatience, mais surtout une frustration.

Il n’a pas trouvé cette partie très fun et plutôt ennuyante. Finalement nous avons trouvé la cause à notre problème. Il fallait préfixer notre code de télécommande par “0x” afin que le code soit valide et que le compilateur valide notre code.

Amusons-nous avec notre création

On arrive au résultat de notre travail après quelques heures et surtout à tester ce que nous venons de produire.

Et le résultat était là ! Notre code a bien permis de pouvoir allumer/éteindre notre télévision toutes les 20 secondes.

Et autant dire que mon cousin a été émerveillé d’avoir réussi à faire ça, surtout le moment où les parents ne comprenaient pas ce qui se passait avec la télévision.

Ils ont mis du temps à comprendre que nous étions pour quelques choses pour le comportement soudain de la télévision.

Après ce moment de satisfaction et de rigolade, je lui ai donc donné tout le nécessaire pour qu’il puisse s’entraîner et reproduire ce qu’on venait de faire. Et bien entendu, je restais à sa disposition s’il avait des questions.

Epilogue

Pourquoi je vous ai raconté cette histoire ?

Même si on vous explique le métier de développeur dans ses moindres détails comme je peux le faire au travers de mes articles par exemple, il faut un moment mettre les mains dans le cambouis pour bien s’imprégner et comprendre ce que l’on veut vous partager comme expérience.

J’ai voulu montrer à mon cousin que pour démarrer la programmation il allait devoir bouffer beaucoup de connaissances et de bases au début.

Il doit acquérir des connaissances au départ ce qui peut être barbant, mais pas le choix si l’on veut débuter et réussir dans ce métier (étape 1).

J’ai ensuite montré au travers de l’étape 2 qu’il fallait réfléchir et se renseigner sur l’objectif que l’on s’est fixé. Le métier du développeur ce n’est pas juste faire du code, mais c’est surtout réfléchir à une problématique et bien préparer ce que l’on doit faire pour son code.

La réflexion et l’organisation sont deux choses très importantes dans le métier de développeur et que vous serez obligé d’acquérir pour réussir.

Je lui ai aussi montré au travers de ce petit projet les côtés moins cool du métier. Devoir faire machine arrière pour rectifier le tir parce qu’on a eu un imprévu pour ensuite reprendre son chemin.

Où encore devoir débugger et trouver la cause à notre problème puis une solution.

Il faut savoir être patient et méthodique, car bien souvent on ne résout pas un problème très rapidement. Il faut savoir être tenace et ne pas baisser les bras face au premier problème. 

Autant vous le dire tout de suite : si vous n’êtes pas capable de pouvoir gérer ce genre d’aléas et que cela vous gonfle très vite, vous risquez d’avoir énormément de problèmes dans le métier de développeur.

J’espère ne pas vous faire peur, mais je veux vous mettre en garde sur ces aspects du métier pour vous éviter de perdre du temps sur quelque chose qui n’est peut-être pas fait pour vous.

Partager ce contenu
  • 5
    Partages

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.